top of page

Jeannine BATTESTI

Vit et travaille à Bastia.

Elle découvre en 2004 l’apprentissage de la peinture avec un professeur au sein d’un atelier et ce jusqu’en 2010, date à laquelle elle quitte ce lieu pour évoluer seule dans une peinture entre réel et imaginaire. Davantage dans l’intuition que dans l’affirmation, peindre pour elle c’est la liberté, elle improvise et tout se réalise de manière spontanée. Elle part de la matière dans un univers minéral dans lequel elle pense avoir trouvé une écriture. Travail toujours  en devenir, rien n’est figé, c’est le doute qui trace le chemin, c’est ce dernier qui compte et non le but. Ainsi l’univers minéral se transforme au fil du temps et au gré des rencontres, telle sa rencontre en 2018 avec François Veyrunes et son spectacle de danse intitulé « Sisyphe Heureux », au festival Off d’Avignon, lui-même inspiré par la dernière phrase du Mythe de Sisyphe d’Albert Camus : « Il faut imaginer Sisyphe heureux. »

bottom of page