top of page

Naym BEN AMARA

‘’La créativité a pour dessein l’étonnement. Lieu commun démontrant son insuffisance, car il s’agit de surcroît de mettre à nu les entrelacements du cognitif, du sensitif, du perceptif. Il n’est pas d’œuvre qui ne doive ou ne puisse instruire – même entre les lignes’’ La première incitation à la création et à l’exploration, c’est la blancheur de la feuille.  Ben Amara l’éprouve, et le choix du point puis du trait s’impose.

Le point élément, tout d’abord, comme une origine qui donnera naissance au trait qui s’étire en forme émergente, en forme croissante, préliminaire d’une écriture qui irradie et se structure peu à peu, pour aboutir au dégagement et à l’achèvement de la forme. Assistons nous à une naissance ou une réminiscence, la forme finale préexiste t’elle ? Ben Amara dit la sortir, la dégager, la faire apparaître, la matérialiser.

 De l’infiniment petit à l’infiniment grand, chaque niveau à une organisation et une esthétique originelle. C’est dans cet espace, que Ben Amara travaille  à partir d’un élément de base qu’il multiplie, amplifie, développe.  Il explore des notions comme le bruit

(Rayonnement fossile de l’univers) ou le temps et ses travaux, Bruit, Croissance, Fragments, Pré-manuscrit,  Manuscrit premier, font apparaître des formes et des compositions régies par des lois qui leurs sont propres.

Titulaire d'un Master 2 Recherche Phytochimie

 Expositions : ‘’La naissance des formes’’  Galerie  A CAPELL’ART (Millau), ‘’Fragments’’ Galerie Passage à l’Art (Millau). Exposition collective ‘’Heureux hasard’’ appartement Bastille (Paris), Galerie O Marche du palais (Lodève).  ‘’Manuscrit premier’’  Espace culturel de Millau. ‘’Émergence des formes’’ Espace les Noisetiers La Cavalerie. Exposition collective ‘’Premiers  frissons  d’hiver’’ appartement Bastille (Paris). Galerie Noir & Blanc (Bastia).

bottom of page